samedi 26 mars 2011

Yuppiland

 Certaines fins de semaine peuvent être difficiles à yuppiland. La fatigue accumulée, les petites vexations quotidiennes, les contrariétés qui n’ont pas manqué de se manifester jour après jour, l’ennui, tout cela jette le trouble dans les esprits et aiguise malheureusement la susceptibilité de chacun.










4 commentaires:

  1. De la série déjà publiée sur ce blog, celle-ci est la plus forte dans le sentiment : un malaise certain apparait par l'incapacité des personnages à se rencontrer. Mais c'est aussi la moins drôle. Il en faut une ! Je vous encourage à continuer, c'est jusque là parfait. Parfait je vous dis. Viva Yuppiland !

    RépondreSupprimer
  2. Je vous remercie pour votre commentaire. Je vous souhaite une bonne journée.

    RépondreSupprimer
  3. Une question me tarabuste... Dans quel animal vous projetez vous ? Il doit bien y avoir un peu de vécu dans tout ceci ?
    Merci pour cette série que je suis depuis les premières planches. Un publication prochaine ?
    Une "déjà" fan impatiente. Marion

    RépondreSupprimer
  4. Merci Marion. Effectivement, vous avez raison, le contenu autobiographique est très présent dans ce travail. Yuppiland est comme un Mille-Feuilles croustillé de souvenirs, que ce soient les miens ou pas. Les éléments autobiographiques sont surtout un point de départ qui me permet de compenser une imagination souvent défaillante. Je ne me projette donc pas dans un animal en particulier. Il peut y avoir plusieurs motifs qui coexistent dans un même personnage sans qu'ils soient liés à une réalité unique. Voilà, j'espère que vous n'êtes pas trop déçue de vous être tarabustée en vain.
    Je vous souhaite un bon week end.

    RépondreSupprimer